Nous vous offrons 10% sur votre 1ère commande dès 35€ d'achat avec le code WELCOME

0 Mon Thé Bio

Thé d'Afrique du Sud

Thés d’Afrique du Sud : cap sur le rooibos

Quand on parle de thés d'Afrique du Sud, le rooibos s’impose comme une évidence. Pourtant, il ne s’agit pas de thé au sens strict du terme ! Bien qu’il soit surnommé « thé rouge » en référence à la couleur de sa tasse, le rooibos n’appartient pas à l’espèce Camellia sinensis (comme le thé vert ou le thé noir). Il est en effet un membre du genre Aspalathus. Ce buisson de la famille des Fabacées (comprenant les légumineuses) pousse à flanc des montagnes arides du Cederberg, à quelques kilomètres de la ville du Cap. Il se développe dans des conditions climatiques extrêmes, composant avec des étés chauds et des hivers pluvieux. Ses feuilles épineuses sont cueillies, roulées, séchées et broyées avant d’être infusées. Il donne ainsi naissance à une infusion sans théine qui s’apprécie à toute heure de la journée. Ce breuvage convient parfaitement aux personnes ne supportant pas les effets stimulants du thé ou du café, aux enfants, ainsi qu’aux femmes enceintes ou allaitantes. Découvert pour la première fois par les peuples indigènes, le rooibos sauvage ne sera commercialisé qu’à partir de 1905. Sa culture, quant à elle, ne débute qu’en 1930. Boisson nationale des Sud-Africains, le thé rouge rooibos se déguste ainsi depuis plusieurs siècles, autant pour ses bienfaits que pour le plaisir des sens.

Quel est le goût du thé rouge rooibos ?

Ce thé africain se distingue par une saveur ronde et douce, dénuée d’amertume. Le rooibos nature possède un fond vanillé, délicatement caramélisé et suave, qui séduit petits et grands. Peu tanniques, les feuilles du thé rouge se marient idéalement aux fruits, fleurs et épices sans toutefois s’effacer. Le rooibos aromatisé offre ainsi des possibilités de dégustation infinies.

Le honeybush, l’autre thé sud-africain

Dans l’ombre du rooibos se trouve le honeybush ! Cet arbuste sud-africain arbore de petites fleurs jaunes dont l’odeur gourmande évoque le miel. Au même titre que son cousin thé rouge, il demeure entièrement dépourvu de théine. C'est une des autres thés d'Afrique du Sud. Il se raconte que les membres du peuple Khoïkhoï l’employaient pour soulager leurs maux. Ce sont alors les Hollandais établis au Cap de Bonne-Espérance qui succombent à leur tour à sa douceur au XVIIe siècle. Un « faux thé » encore rare dans nos sachets, et pourtant si doux au palais ! Une fois infusées, ses feuilles produisent une liqueur sucrée, plus florale que le rooibos.        

Avis clients monthebio.com